Aidez-nous à réchauffer les cœurs des personnes vulnérables

Santé mentale
Besoins essentiels
7 décembre 2021 •  Par Centraide

Si pour plusieurs d’entre nous, décembre rime avec célébrations, partage, rassemblements familiaux et moments entre amis, nombreux sont ceux qui traverseront la période des fêtes en solitaire.

Dans le Grand Montréal, plus d’un demi-million de personnes vivent seules, soit 14 % de la population. Chez les aînés, cette proportion augmente à 31 % (184 420 personnes). La situation est encore plus importante sur l’île de Montréal où dans certains quartiers plus de 50 % des aînés vivent seuls.

Plusieurs de ces personnes ne recevront pas d’invitation à célébrer. Il en sera de même pour les personnes en situation d’itinérance et les nouveaux arrivants éloignés de leurs proches.

Plus seuls que jamais

Le temps des fêtes est un moment où l’on accorde beaucoup d’importance à la famille et aux amis. Les personnes qui n’en ont pas ou qui en sont éloignées se sentent encore plus seules au cours de cette période de l’année. Celles dont la santé mentale est fragile ont aussi tendance à être plus vulnérables et à voir leurs symptômes d’anxiété ou de dépression s’aggraver au cours de cette période.

Briser l’isolement social est un objectif que poursuivent plusieurs organismes communautaires appuyés par Centraide. En décembre, ils organisent des événements spéciaux pour souligner les fêtes, et surtout, ils s’assurent que les ressources nécessaires seront mises à la disposition des personnes isolées au cours de cette période critique.

Quelques initiatives pour réchauffer les cœurs

Comme une fête de famille

Chez Resto Plateau, 230 personnes, des aînés isolés et des personnes en situation d’itinérance, sont attendues le 15 décembre pour un repas de Noël gratuit. Il y aura trois services, deux sur l’heure du dîner et un autre au souper. Musique, animation et prix de présence les y attendent. « Pour obtenir le coupon-repas pour l’événement, les personnes devaient répondre à un questionnaire, explique Natacha Gwizdalla, chargée de communication chez Resto Plateau. 98 % des gens qui ont répondu au questionnaire sont des personnes seules. Alors, c’est vraiment pour passer un moment comme en famille. »

Un premier temps des fêtes en sol québécois

Dans Ahuntsic, c’est autour d’un « potluck » que les nouveaux arrivants seront accueillis au CANA (Carrefour d’aide aux nouveaux arrivants) pour célébrer les fêtes de fin d’année; un moment pour briser l’isolement et rencontrer d’autres personnes qui vivent la même réalité.

En cas de besoin, ils pourront aussi se référer aux citoyens-relais. Il s’agit d’un réseau d’entraide qui réunit des citoyens immigrants et de nouveaux arrivants dans le quartier. « Les citoyens-relais sont là pour informer, orienter et accompagner les personnes nouvellement arrivées qui n’ont pas encore trouvé tous leurs repères », explique Audrey Chambrier, agente de communication au CANA.

Un projet de quartier pour célébrer

Dans Notre-Dame-de-Grâce, les résidents pourront profiter de deux semaines remplies de surprises grâce à l’initiative « Ensemble en décembre », un projet rassembleur initié par le Conseil Communautaire NDG. Au programme : distribution de chocolats chauds par des bénévoles dans les rues du quartier; livraison de repas chauds achetés aux restaurateurs du quartier à 600 résidents vulnérables; dîners de Noël dans les HLM; visite à 300 familles entre Noël et le Nouvel An; distribution de 500 cartes de vœux créées par des résidents à des personnes seules.


« Le projet a pour objectif de briser l’isolement durant la période des fêtes de fin d’année, mais aussi de mobiliser les résidents et les partenaires afin de développer un sens de la communauté et de la solidarité. »


*Source : Site Internet du Conseil Communautaire NDG

Un toit et de la nourriture pour tous

À Noël, comme tous les autres soirs de l’année, personne ne devrait être contraint de passer la nuit dehors. Grâce à un surplus de fonds générés par notre campagne annuelle, Centraide accorde son soutien à 12 organismes en itinérance de plus que ceux qu’il soutient déjà de façon récurrente. Il s’agit de trois refuges et haltes-chaleur au centre-ville dont deux qui s’adressent spécifiquement à la population autochtone. Les neuf autres se situent dans des quartiers périphériques et secteurs du Grand Montréal où l’itinérance a pris de l’ampleur depuis le début de la pandémie : Ahuntsic, CDN-NDG, Montréal-Nord, Ouest-de-l’île-Lachine et Sud-Ouest, Laval et Rive-Sud.

Les organismes sont les suivants : AJOI, La Halte du coin, L’amour en action, Maison Benoît Labre, Médecins du monde, Open Door, Prévention CDN-NDG, Projet Autochtone du Québec, Refuge et Café de rue, Rue Action Prévention Jeunesse, St-Michaels Mission et (TRAC) Travail de Rue/Action Communautaire.

Une oreille attentive en tout temps

Chaque année, lorsque les fêtes approchent, les appels se font plus nombreux dans les centres d’écoute téléphonique qui offrent une oreille attentive aux personnes qui traversent des moments difficiles. Au cours de la période des fêtes, la ligne téléphonique 211 demeure la principale référence qui saura diriger les personnes en détresse vers les lignes d’écoute ou autres ressources sociocommunautaires.

Plusieurs organismes pour aînés comme Projet changement sur Le Plateau Mont-Royal, le Centre Communautaire des Aînées et Aînés de Longueuil ou encore le Centre Multi-Ressources de Lachine, prendront les devants pour vérifier que tout se passe bien chez les aînés plus vulnérables. Des groupes de bénévoles se mobiliseront pour visiter ou passer un coup de fil réconfortant à ceux qui sont plus isolés.