Un organisme qui défend les droits des locataires

Besoins essentiels
COVID-19
22 juin, 2021 •  Par Centraide du Grand Montréal

À quelques jours de la valse estivale des déménagements, la question du logement n’a jamais autant été au cœur de l’actualité, mais les enjeux liés à ce besoin essentiel ne datent pas d’hier. Le marché du logement s’est modifié au cours des dernières années. Les personnes vulnérables éprouvent de plus en plus de difficulté à trouver un toit adéquat et abordable.

Les conditions de logement ont des effets ricochets sur d’autres aspects de la vie : impact sur la santé physique et mentale des locataires, sur leurs relations familiales et sociales, sur leurs enfants, etc.

Avec la pandémie, nous nous sommes tous retrouvés cloisonnés entre quatre murs. Cette situation a eu pour effet d’exacerber le stress de certaines personnes qui étaient déjà exposées à la précarité locative. Surpopulation dans des logements trop petits, abus de propriétaires, impossibilité de déménager dans le contexte de la pandémie sont autant de problématiques rencontrées.

Afin de mener à bien sa mission, Centraide du Grand Montréal s’entoure d’un réseau communautaire qui prend à bras le corps cet enjeu en aidant les personnes vulnérables à mieux se loger. En voici un exemple éloquent.

Une Escouade salubrité dans le quartier montréalais de Côte-des-Neiges

La rareté des logements, la hausse des prix des loyers et la détérioration du parc locatif dans plusieurs quartiers sont préoccupantes. Cette situation fait en sorte que même les logements insalubres ou en mauvais état trouvent preneurs.

Côte-des-Neiges est le quartier qui compte le plus grand nombre de personnes à faible revenu sur l’île de Montréal. La pauvreté contraint plusieurs locataires à vivre dans des logements inadéquats.

L’Escouade salubrité de Côte-des-Neiges vient en aide à ces locataires. Ce projet mené dans le cadre du Projet impact collectif (PIC) a vu le jour en 2019 grâce à la collaboration de divers acteurs communautaires et publics. Il propose de nouvelles formes d’interventions en misant sur l’innovation et la créativité. Il offre un soutien intensif aux personnes et aux familles confrontées à des problèmes d’insalubrité, et ce, à toutes les étapes de leurs démarches.

Les intervenants de l’Escouade accompagnent les personnes et les familles à revenus modestes qui ne vivent pas dans des logements adéquats. Ils les soutiennent dans leurs démarches qui s’avèrent souvent ardues et complexes. Ils offrent aux locataires un accompagnement et un suivi à toutes les étapes du processus jusqu’à la résolution de leurs problèmes. À cela s’ajoute une collaboration intensive avec plusieurs partenaires selon leurs rôles respectifs, notamment le service d’inspection de l’arrondissement, la Direction régionale de santé publique, le CIUSSS et l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM).

L’originalité de l’Escouade réside dans l’utilisation du travail de proximité pour joindre les personnes isolées et vulnérables qui habitent dans des logements détériorés ou en mauvais état. Le travail réalisé permet alors aux intervenants d’établir un lien avec ces personnes et d’identifier par la suite leurs besoins et les solutions appropriées pour les aider. Les intervenants agissent de façon individuelle et, lorsque cela est pertinent, ils soutiennent les regroupements de locataires d’un même immeuble afin d’améliorer leurs conditions de logement. Ce travail se fait en collaboration avec divers acteurs municipaux, par exemple le service d’inspection de l’arrondissement.

Un projet qui a des effets concrets

L’Escouade salubrité a pour cible de rejoindre quelque 200 locataires qui peuvent cumuler certains facteurs de vulnérabilité. Par exemple, les locataires qui ne connaissent pas les lois et leurs droits ou qui ne parlent ni le français ni l’anglais. Les locataires sont aussi parfois réticents à utiliser les recours par peur de représailles de la part de leurs propriétaires.

Grâce au projet, les locataires se sentent davantage en confiance, moins seuls et isolés en ce qui a trait à leurs problématiques de salubrité ou dans les difficultés qu’ils rencontrent avec leurs propriétaires. Certains sont référés et obtiennent ainsi le soutien de ressources du milieu en lien ou non avec le logement et la salubrité (ex. travailleurs sociaux ou autres ressources du CIUSSS, organismes communautaires, refuges pour femmes, etc.).

Des résultats concrets ont aussi été obtenus. À titre d’exemple, des appartements insalubres ont été décontaminés. Des couloirs et appartements ont été nettoyés à la suite de travaux. Des logements ont reçu des traitements d’extermination pour des infestations de vermine. L’eau a été rétablie dans certains logements. Le chauffage a été rallumé ou réparé. Des travaux urgents ont été effectués (ex. peinture, toiture, fenêtres, plomberie, portes). La relation entre des locataires et des propriétaires s’est améliorée.

Lorsque cela s’est avéré nécessaire, des avis et constats d’infraction ont été émis à certains propriétaires. Des inspecteurs en salubrité de la Ville et des personnes-ressources de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) ont contribué à la résolution ou l’amélioration de certaines problématiques en salubrité vécues par des locataires qui ont été accompagnés.

Malgré plusieurs défis rencontrés liés notamment à la pandémie, les porteurs du projet ainsi que les partenaires impliqués n’ont pas ménagé leurs efforts pour s’adapter au nouveau contexte et poursuivre le travail pour régler les problèmes d’insalubrité dans les logements.

L’Escouade insalubrité est rendue possible grâce à l’investissement du Projet Impact collectif (PIC) piloté par Centraide. Le PIC intervient dans 17 quartiers de Montréal grâce à des dons totalisant 23 millions de dollars de grandes fondations sur une période de six ans.