Combattre la pauvreté
et l’exclusion sociale

Le Grand Montréal compte plus de la moitié des Québécois en situation de pauvreté, soit 615 000 personnes.

La pauvreté touche davantage les tout-petits, les familles monoparentales, les personnes seules, les immigrants récents, les membres des minorités visibles et de plus en plus de travailleurs.

Elle peut être persistante ou temporaire, générée par une situation difficile (perte d’emploi, bouleversements familiaux, problème de santé mentale, parcours migratoire difficile, etc.) ou encore par une simple condition (âge, handicap, origine ethnoculturelle, etc.).

Elle a des répercussions importantes sur plusieurs aspects de la vie : la réussite éducative, les conditions de logement, la sécurité alimentaire, la santé mentale et physique, l’espérance de vie, etc.

La pauvreté est un facteur clé de l’exclusion sociale. À l’inverse, l’exclusion sociale représente un frein pour sortir de la pauvreté. C’est un cercle vicieux!

La pauvreté n’est pas une question individuelle, c’est l’affaire de tous! Elle a un coût humain privant la société de nombreux talents et ressources et coûte aux Québécois entre 15 et 17 milliards de dollars par année.

Notre mission

Rendre visibles les enjeux sociaux les plus importants, comme la pauvreté et l’exclusion sociale et donner à chacun et à chacune les moyens d’améliorer les conditions de vie des personnes les plus vulnérables tout en bâtissant des communautés inclusives.

Nos champs d’action : quatre axes interreliés

Les organismes que nous soutenons agissent sur plusieurs dimensions de la pauvreté : la réussite des jeunes, la réponse aux besoins essentiels, l’inclusion des personnes vulnérables et marginalisées et le développement de milieux de vie rassembleurs. Ces axes sont interreliés et dépendent les uns des autres.

  • Pour qu’un enfant réussisse à l’école, il a besoin de vivre dans un logement adéquat et de manger sainement.
  • Pour qu’une famille récemment arrivée au pays s’intègre aisément, elle a besoin de vivre dans un quartier accueillant.

Soutenir la réussite
des jeunes

À Montréal, près d’un enfant sur quatre grandit dans la pauvreté

Grandir dans la pauvreté augmente le risque de cumuler des difficultés tout au long de la vie. Dès la naissance, les enfants nés dans des familles pauvres sont désavantagés. La pauvreté a des répercussions sérieuses sur leur bien-être, leur développement, leur réussite scolaire, leurs habitudes de vies, leurs comportements et leur santé. Ils sont plus nombreux à commencer leur parcours scolaire avec un retard et à décrocher de l’école avant d’avoir obtenu leur diplôme. Sans diplôme, ils risquent de toucher un revenu inférieur, d’avoir de moins bonnes conditions de vie et ainsi de s’inscrire dans un cycle de pauvreté qu’ils auront de la difficulté à éviter pour leurs enfants.

Notre approche

Accompagner les jeunes tout au long de leur parcours jusqu’à la vie adulte afin qu’ils se développent pleinement, trouvent leur voie et deviennent des adultes accomplis et engagés dans leur communauté.

Sur le terrain

Les organismes qui soutiennent la réussite des jeunes mettent en œuvre diverses stratégies pour briser le cycle de la pauvreté : le développement des tout-petits, l’accompagnement des parents dans leur rôle, le soutien à la persévérance scolaire, le soutien à l’intégration sociale des jeunes à risque, l’accompagnement des jeunes adultes dans un cheminement d’insertion sociale, l’accompagnement des familles immigrantes, etc. Les activités se déroulent dans un contexte où les jeunes et leur famille se sentent accueillis et respectés, et où ils sont encouragés à développer leur potentiel et leur autonomie.

Assurer
l’essentiel

Dans le Grand Montréal, un ménage locataire sur trois est mal logé

Un logement, ce n’est pas qu’une adresse. C’est un lieu où l’on peut se poser et se sentir suffisamment en sécurité pour se bâtir une vie enrichissante. On considère qu’un ménage est mal logé lorsqu’il vit dans un logement inadéquat (trop petit, isolé ou insalubre) ou qu’il y consacre plus de 30 % de ses revenus. Lorsque les revenus sont minces, il est impossible de ne pas excéder ce ratio. Et comme le loyer et les comptes passent d’abord vient l’obligation de couper sur d’autres besoins essentiels comme se nourrir, se vêtir, se déplacer, s’éduquer et se divertir.

Notre approche

Permettre l’accès à des logements abordables, adéquats et en quantité suffisante et miser sur des solutions durables qui conduisent à l’autonomie alimentaire des personnes, des familles et des communautés.

Sur le terrain

Les organismes qui agissent sur les besoins essentiels mettent en œuvre diverses stratégies pour améliorer les conditions de vie, notamment l’accès au logement et la sécurité alimentaire. Les activités font appel à la participation et à l’engagement des personnes et des familles. Les cuisines collectives et les jardins collectifs en sont des exemples. Ces activités favorisent l’entraide et fournissent aux personnes des occasions d’apprendre et de s’approvisionner à moindre coût. Le soutien et l’accompagnement des locataires, les actions en insalubrité et la promotion du logement social font également partie de leurs activités.

Briser l’isolement
social

Dans le Grand Montréal, plus de la moitié des immigrants récents vivent dans la pauvreté

Certains groupes de la population risquent plus que d’autres de vivre en situation de pauvreté et d’exclusion sociale, soit parce qu’ils traversent une situation difficile (perte d’emploi, bouleversements familiaux, problème de santé mentale, parcours migratoire difficile, etc.) ou encore en raison de leur condition (orientation sexuelle, identité de genre, âge, handicap, origine ethnoculturelle, etc.).

Notre approche

Bâtir des milieux de vie diversifiés qui reconnaissent, respectent et apprécient l’éventail complet des expériences, des valeurs et des opinions de chacun et favorisent la pleine participation et la contribution de tous.

Sur le terrain

Les organismes qui travaillent à briser l’isolement social favorisent l’inclusion des personnes vulnérables et marginalisées : des sans-abris, des aînés seuls, des personnes handicapées, des personnes ayant un problème de santé mentale, des nouveaux arrivants ou des personnes issues des minorités visibles. Ils leur procurent du soutien individuel, des réseaux d’entraide, des lieux de rencontre et des occasions pour créer des liens sociaux. Pour certaines personnes, les activités permettent de reprendre confiance en elles et de développer leur potentiel. Pour d’autres, les stratégies permettent d’atténuer les effets négatifs de la pauvreté, de briser leur isolement, de faire respecter leurs droits et de favoriser leur intégration sociale.

Bâtir des milieux de vie
rassembleurs

Plus de 350 organismes communautaires et projets collectifs sont en action dans plus de 80 communautés du Grand Montréal grâce à notre soutien

Les organismes communautaires jouent un rôle de premier plan dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Ils sont sur la première ligne pour répondre aux besoins des personnes vulnérables, mais aussi pour améliorer les conditions de vie de façon durable et pour dynamiser la vie de quartier. L’environnement dans lequel ils évoluent est en constante transformation et se complexifie faisant appel à une multitude de nouvelles connaissances, compétences et habiletés.

Notre approche

Renforcer la capacité des organismes à accomplir leur mission et à se mobiliser pour réaliser des actions collectives qui ont plus d’impact sur la réduction de la pauvreté.

Sur le terrain

Les organismes qui travaillent à bâtir des milieux de vie rassembleurs font une large place à l’action collective, à la mobilisation et à la participation citoyenne pour améliorer les conditions de vie. Il s’agit des tables de quartier, des centres d’action bénévole, des centres d’éducation populaire, ainsi que des centres de loisirs et d’action communautaire. Ces organismes offrent un éventail d’activités de concertation, de mobilisation, de bénévolat, de développement de projets et de formation pour renforcer les compétences et le leadership des acteurs communautaires.