Nourrir le Grand Montréal

Tandis qu’un grand nombre de personnes profite de ce confinement pour cuisiner, d'autres se demandent comment elles feront pour nourrir leur famille aujourd'hui et pour les semaines à venir.

Déjà, avant la crise causée par la COVID-19, 614 000 personnes étaient en situation de pauvreté et d'exclusion dans le Grand Montréal et 200 000 personnes vivaient de l'insécurité alimentaire.

Toutes ces personnes pouvaient alors compter sur les centaines d'organismes communautaires présents dans toutes les villes et les quartiers du Grand Montréal pour assurer leur sécurité alimentaire.

Mais la crise provoquée par la COVID-19 force ces organismes à mettre en veilleuse plusieurs de leurs services. La situation fragilise encore plus les personnes déjà vulnérables qui n’ont plus accès au soutien dont elles bénéficiaient. D'autre part, le nombre de personnes dans le besoin augmente avec les mesures de confinement et les pertes d'emploi. 50 % des appels faits au 211 concernent l'alimentation. Les demandes d'aide alimentaire explosent. 

 

Aux personnes déjà vulnérables s'ajoutent :

 

Les demandes d'aide alimentaire explosent

 

Mais les organismes suivent l'évolution de la situation et s'adaptent en conséquence pour répondre aux besoins.

Sur les chapeaux de roue, ils mettent en oeuvre des plans d'urgence :

  • La priorité est donnée à la préparation et à la livraison de repas individuels et de paniers de provisions dans la majorité des quartiers et des villes. Toutes les ressources sont mises à contribution : cuisines et cuisiniers, véhicules de transport et livreurs, intervenants et bénévoles.

 

  • Certaines épiceries solidaires restent ouvertes avec de nouvelles mesures réduisant le contact physique entre les clients et le personnel. On privilégie la distribution des paniers de nourriture préfabriqués plutôt qu'une expérience d’épicerie où les clients parcourent librement les rayons. 

 

  • Certains organismes distribuent des cartes d'achat prépayées aux familles ayant de jeunes enfants, certains produits de première nécessité étant limités (le lait maternisé, les couches, etc.).

 

  • Cinq sites de ravitaillement alimentaire, animés par des organismes communautaires, sont temporairement aménagés dans cinq points névralgiques de Montréal pour répondre aux besoins criants des itinérants : Place Émilie Gamelin (Sac à dos), Square Cabot (Projet Résilience), Place du Canada (Mission Old Brewery), Aréna Francis Bouillon (L'Anonyme) et parc Jeanne-Mance (Plein milieu).

  • Des ressources de distribution alimentaire mobile sont déployées d’est en ouest pour aller directement à la rencontre des personnes dans le besoin.

 

 

 

Témoignage

 

« On travaille sans relâche pour analyser les demandes de soutien au Fonds d'urgence et pour y répondre le plus rapidement possible. On est épaté par la capacité des organismes à se virer de bord et à trouver des façons de venir en aide aux personnes isolées et vulnérables dans un contexte sans précédent. On constate, presque qu'en temps réel, l'impact de la chaîne de solidarité de Centraide sur les gens. Les donateurs et les organismes ont répondu à l'appel. Une chance qu'ils sont là!

On est aussi présent sur des cellules de crise à Montréal, Laval et sur la Rive-Sud avec les directions de santé publique, les municipalités et le milieu communautaire. L'aide alimentaire figure toujours en tête de liste de nos priorités. On est très attentif à la situation des aînés isolés et des personnes en situation d'itinérance. Comment appliquer des mesures de confinement quand tu vis dans la rue? Il y a aussi toutes les personnes dont la vulnérabilité pourrait faire glisser vers des situations de violence. On pense aux femmes, aux enfants et aux personnes ayant des problèmes de santé mentale. Toute personne vulnérable le devient encore plus dans une période comme celle que nous vivons. »

Mario Régis, vice-président, Développement social, Centraide du Grand Montréal

 

 

Un arc-en-ciel d'intervenants pour nourrir le Grand Montréal

 

Le Fonds d'urgence soutient plusieurs organismes en sécurité alimentaire dont La Tablée des Chefs et la Cantine pour tous qui joueront des rôles cruciaux au cours des prochaines semaines. 

La Tablée des Chefs : 800 000 repas pour les personnes isolées

Les restaurants sont fermés, les cuisiniers sont au chômage et de plus en plus de gens ont des besoins alimentaires. Face à ce triste constat, La Tablée des Chefs et ses partenaires lancent Les Cuisines Solidaires, une mobilisation d’envergure pour garnir les réfrigérateurs des Banques Alimentaires du Québec (BAQ) en produisant plus de 800 000 repas qui seront distribués aux personnes vulnérables. Plusieurs chefs de renom ont répondu à l'appel. Ils mobiliseront leurs brigades et certains rouvriront les cuisines de leur restaurant spécialement pour cette initiative.

La Cantine pour tous : 1 500 repas par jour pour les sans-abris

La Cantine pour tous, en collaboration avec Cuisine collective Hochelaga-Maisonneuve, La Corbeille Bordeaux-Cartierville, Resto Plateau et Traiteur BIS, coordonnera la production des repas pour cinq sites de ravitaillement alimentaire aménagés temporairement dans cinq points névralgiques de Montréal afin de répondre aux besoins criants des itinérants. Une distribution alimentaire mobile d'urgence sera également déployée d’est en ouest pour aller directement à la rencontre des personnes en situation d'itinérance.