La rentrée scolaire

... et plus difficile pour les jeunes vulnérables

C'est le retour en classe cette semaine pour des milliers d'enfants et d'adolescents du Grand Montréal qui n'ont pas mis les pieds à l’école depuis la mi-mars.

On sait que l'expérience de l'école à distance n'a pas été la même pour tous et qu'elle a même contribué à creuser les inégalités déjà existantes.

Voyez pourquoi les jeunes de milieux plus défavorisés ont été davantage fragilisés que les autres par la situation et de quelle manière le milieu communautaire les a soutenus depuis le début de la crise sanitaire.

Et ce n'est pas fini! L'année sera remplie de défis afin que les jeunes puissent retrouver leur motivation, rattraper leurs retards, parfois même réapprendre une langue perdue en cours de route et peut-être faire face à une deuxième vague. 

 

Le saviez-vous?

La pauvreté est une menace pour la réussite scolaire

Les jeunes issus de familles à faible revenu sont plus à risques de rencontrer des difficultés scolaires.

Marginalisés parce qu'ils vivent dans la pauvreté, ces jeunes sont parfois mal logés, n'ont pas assez à manger, peuvent être négligés et sont trop souvent laissés à eux-mêmes face à leurs apprentissages scolaires.

Il est facile d'imaginer qu'ils ont eu plus de difficultés à poursuivre leur cheminement scolaire à distance pendant la crise sanitaire.

Démunis pour faire l'école à la maison

  • Manque d'équipement technologique
  • Pas d'espace de travail dédié dans des logements souvent inadéquats
  • Encadrement des parents moins soutenu et parfois inexistant
  • Ambiance peu propice aux apprentissages dans certaines familles fragilisées financièrement et psychologiquement

 

À quoi peut-on s'attendre après cinq mois de bouleversements?

  • Pertes des apprentissages
  • Retards par rapport au reste du groupe
  • Manque de motivation
  • Détresse psychologique
  • Redoublements possibles
  • Augmentation du décrochage scolaire

En chiffres

C'est le nombre d'enfants de 6 à 17 ans qui vivent dans la pauvreté dans le Grand Montréal, ce qui représente 15 % de tous les enfants. Ces chiffres, datant du plus récent recensement, risquent d'avoir augmenté à cause de la pandémie. Grandir pauvre entraîne son lot de conséquences.

 

Sur le terrain

 

Les organismes communautaires de lutte au décrochage scolaire, mais aussi plusieurs organismes jeunesse et famille, sont restés en contact avec les jeunes durant toute la crise. Ils ont mis de l'avant diverses initiatives pour leur venir en aide : soutien psychosocial et scolaire, ateliers en ligne, distribution de matériel éducatif, d’ordinateurs et de tablettes, aide alimentaire, etc. Certains jeunes pourront donc aborder la rentrée 2020 avec de meilleures chances de réussite.

Avoir accès à l'équipement nécessaire

Avec la pandémie de COVID-19 et l'arrivée de l'école à distance, la question de l’équité numérique chez les jeunes s'est posée plus que jamais. C'est dans ce contexte que le programme 4C (Connected Community to Counter COVID-19) a été mis sur pied par le Sommet socio-économique pour le développement des jeunes des communautés noires. Il comptait d'abord rejoindre 1000 jeunes et leur famille, mais un investissement majeur de Centraide a permis d'en ajouter 700 de plus. Cette initiative vise à les outiller en leur offrant de l’équipement, l’accès internet et l’accompagnement pour contrer la fracture numérique amplifiée par la COVID-19.

 

Poursuivre et consolider ses apprentissages

Je Passe Partout est un incontournable de la persévérance scolaire dans Hochelaga-Maisonneuve, Mercier-Est, Mercier-Ouest et Saint-Léonard, qui intervient en soutien scolaire et familial. Depuis la mi-mars, trois étapes importantes sont venues mobiliser les intervenantes et intervenants de l'organisme : adapter les services pour garder le contact avec les familles, prolonger les activités régulières d'un mois en raison de la fermeture des écoles, et maintenir le contact avec les jeunes pendant l'été afin de préserver les acquis et développer de nouvelles compétences.

100 familles ont pu être accompagnées à distance par vidéoconférence et par téléphone durant la période de prolongation et 150 jeunes ont participé au camp pédagogique.

 

Réussir son entrée au secondaire malgré la pandémie

La Parentèle de Laval, un organisme famille qui rayonne au sein de sa communauté, offre une édition toute spéciale, adaptée au contexte de la COVID-19, de son programme visant à faciliter le passage du primaire au secondaire. Pour les parents, des conférences sous trois thèmes : la gestion du stress, les limites parentales et les amitiés à l’adolescence. Pour les jeunes, des ateliers en petits groupes leur permettant d'échanger sur leurs perceptions et leurs craintes face à la rentrée au secondaire. Un programme parmi tant d'autres que l'organisme a adapté depuis la mi-mars.

 

56 initiatives comme celles-ci ont été appuyées financièrement par le Projet jeunesse, un fonds spécial mis sur pied pour rejoindre les jeunes isolés et marginalisés en période de crise sanitaire liée à la COVID-19. Le projet 4 C a également reçu du financement du Fonds d'urgence pour l'appui communautaire (FUAC).

 

À (re)découvrir

 

Les Magasins-Partage de la rentrée

En 2020, en raison de la COVID-19 et afin de respecter les exigences sanitaires et la distanciation physique, la distribution de sacs à dos, de boîtes à lunch, de fournitures scolaires ainsi que de denrées alimentaires sera effectuée directement à 6 000 enfants et à leur famille par les organismes mandatés dans 19 quartiers de Montréal, plutôt que d’inviter les familles à venir choisir elles-mêmes leurs fournitures et denrées dans un Magasin-Partage.

À cela, s’ajoutent cette année, des bouteilles et des masques réutilisables pour chacun des 6 000 enfants. De plus, une fiche informative recensant les organismes et ressources locales offrant de l’aide et de l’accompagnement sera remise aux parents lors de la distribution des sacs.

Une initiative du Regroupement Partage, un organisme appuyé par Centraide depuis près de 25 ans.

 

 

À ne pas manquer

 

 

Édition spéciale des Journées de la persévérance scolaire (JPS) du 17 août au 4 septembre

Pour souligner cette rentrée scolaire pas comme les autres, le Réseau québécois pour la réussite éducative, dont Centraide fait partie en tant que partenaire du Réseau réussite Montréal, lance une édition spéciale des JPS, avec pour slogan « La rentrée. Tous ensemble. Pour eux. »