Rentrée scolaire et inégalités : les défis des jeunes montréalais

Réussite des jeunes
1 septembre 2022 •  Par Centraide
Enfant

L’année scolaire est bien amorcée et les défis ne sont pas les mêmes pour tous les enfants et les adolescents. L’école demeure marquée par de fortes inégalités et les chances de réussite diffèrent selon que l’on provient d’un milieu défavorisé ou d’un milieu bien nanti. De grands défis attendent également les élèves issus de l’immigration, notamment ceux qui sont récemment arrivés au pays.


Pauvreté et réussite scolaire : un enjeu préoccupant

On remarque que bon nombre d’élèves issus de milieux défavorisés :

  • Sont moins bien outillés à leur entrée à la maternelle (comprendre une consigne, s’exprimer clairement, tenir son crayon correctement, lacer ses chaussures, etc.)
  • Éprouvent plus de difficultés d’adaptation et d’apprentissage (retards de langage, hyperactivité, troubles du comportement, etc.)
  • Réussissent moins bien
  • Quittent souvent l’école plus tôt
  • Sont moins nombreux à obtenir un diplôme

Or, Montréal compte un nombre important de jeunes vivant dans la pauvreté

  • Sur l’île de Montréal, 23 % des enfants de moins de 18 ans vivent dans une famille à faible revenu.
  • 84 % des élèves québécois de niveau primaire vivant sous le seuil de faible revenu habitent à Montréal.

Le pourcentage de jeunes élèves montréalais ayant décroché avant d’avoir obtenu un premier diplôme est deux fois et demie plus élevé dans les milieux défavorisés que dans les milieux mieux nantis.

  • Les 350 organismes communautaires que nous soutenons mettent en place des stratégies et des actions pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion dans les quartiers du Grand Montréal. Parmi ceux-ci, 55 organismes s’intéressent plus particulièrement à la réussite scolaire. Ils interviennent pour encourager la persévérance scolaire, mais aussi pour apporter un soutien aux adolescents qui ont abandonné l’école.

Immigration et réussite scolaire : un parcours jalonné de défis

On remarque que bon nombre d’élèves issus de l’immigration1 :

  • Présentent un retard scolaire plus marqué (37 % d’entre eux entrent à l’école secondaire avec un an de retard, alors que 8 % y entrent avec un retard de deux ans ou plus)
  • Sont toujours sans diplôme sept ans après leur entrée au secondaire (45 % des élèves nés à l’étranger)

Or, le milieu scolaire montréalais accueille majoritairement des jeunes issus de l’immigration

  • 67 % des élèves des écoles publiques de l’île de Montréal sont issus de l’immigration
  • 26 % sont nés à l’étranger (1re génération), alors que 41 % sont nés au Québec d’un ou de deux parents nés à l’étranger (2e génération)
  • 50 % ne parlent pas le français à la maison

Sur l’île de Montréal, plus de la moitié des élèves nés à l’étranger vivent dans des zones défavorisées (51 %).

Le soutien que l’on accorde à ces jeunes et à leur famille a des répercussions directes sur le parcours et la réussite scolaire. Il s’agit d’un défi de taille que l’école ne peut réaliser seule et sans l’appui des organismes communautaires.

La nécessité de soutenir les familles isolées

La pauvreté peut conduire à la marginalisation et à l’exclusion sociale qui se traduit parfois par une faible participation à la vie scolaire. L’isolement des familles peut également compromettre le développement et la socialisation des enfants. Les familles isolées ont besoin d’être accompagnées vers les ressources appropriées à leur situation ou à leurs besoins.

  • Plusieurs organismes, dont les organismes communautaires familles que nous soutenons développent des stratégies particulières pour rejoindre ces familles. Ils agissent comme un filet de sécurité autour des familles vulnérables dans tous les quartiers du Grand Montréal. Par ailleurs, la plupart des organismes en persévérance scolaire offrent du soutien familial, parfois même à domicile afin que l’enfant ou l’adolescent soit bien soutenu dans son parcours scolaire.
Les Pairs aidants de l’école secondaire Calixa-Lavallée

Le programme de Pairs aidants de l’organisme Coup de pouce jeunesse de Montréal-Nord, par et pour les jeunes, apporte du soutien aux élèves de 1re secondaire et aux jeunes des classes d’adaptation scolaire ou des classes d’accueil.


Notes :
1 Les enfants issus de l’immigration sont composés de trois groupes: les enfants nés à l’étranger, les enfants nés au Canada de deux parents nés à l’étranger et les enfants nés au Canada d’un parent né au Canada et d’un parent né à l’étranger.

Sources :

Comité de gestion de la taxe scolaire de Montréal. Portrait socioculturel des élèves inscrits dans les écoles publiques de l’île de Montréal. Avril 2020. Données les plus récentes.

Comité de gestion de la taxe scolaire de l’île de Montréal. Carte de la défavorisation des familles avec enfants de moins de 18 ans de l’île de Montréal. 2018

Réseau Réussite Montréal. La défavorisation et ses conséquences sur la persévérance scolaire, https://www.reseaureussitemontreal.ca/defavorisation/

Réseau Réussite Montréal. Jeunes issus de l’immigration. https://www.reseaureussitemontreal.ca/dossiers-thematiques/jeunes-issus-de-limmigration/