La rentrée scolaire, quand tout coûte plus cher

Réussite des jeunes
17 août 2022 •  Par Centraide
Enfants avec sac à dos

Les dépenses liées à la rentrée scolaire n’échappent pas à l’inflation galopante. Qu’il s’agisse du prix des fournitures scolaires, des vêtements, du contenu de la boîte à lunch, du transport dans certains cas, ou encore des inscriptions aux activités de loisir, la flambée des prix inquiète les familles et les organismes communautaires qui leur viennent en aide.


Hausse prévisible des dépenses liées à la rentrée

Fournitures scolaires

Vêtements

Contenu de la boîte à lunch

Transport

Activités de loisir

Dans le Grand Montréal, un enfant sur six (un sur quatre à Montréal) vit dans une famille en situation de pauvreté et de nombreux autres enfants vivent au sein d’une famille dont le revenu ne suffit plus. Le supplément de 108 $ par enfant pour l’achat de fournitures scolaires versé par le gouvernement du Québec en juillet est un soutien précieux. Mais dans un contexte d’inflation où tout augmente, on peut présumer que certaines familles l’ont déjà dépensé pour d’autres besoins essentiels.

Malgré toutes les astuces pour économiser – le recyclage des fournitures de l’an dernier, la course aux soldes, les échanges de vêtements avec d’autres enfants – plusieurs familles n’y arriveront tout simplement pas. Jamais depuis vingt ans les hausses de prix n’ont été aussi fulgurantes.  

« Il est clair que les familles ne peuvent pas supporter seules le fardeau des dépenses liées à la rentrée. Surtout pas en ce moment. Plus que jamais, il faut être solidaire et fournir les efforts pour aider les personnes qui se trouvent dans des situations difficiles. Les organismes communautaires le font, notamment en fournissant du matériel scolaire aux enfants du primaire et du secondaire. Ils offrent aussi des alternatives pour se nourrir à moindre coût. Ça permet aux familles de libérer une partie du budget consacré à l’alimentation pour d’autres dépenses liées à la rentrée comme les vêtements ou les activités. »

Marie-Lyne Brunet
Vice-présidente, Développement social, Centraide du Grand Montréal

Dans dix-huit quartiers montréalais, des organismes communautaires sont partenaires de l’Opération Sac à dos du Regroupement partage, un organisme soutenu par Centraide. Il s’agit d’une opération d’envergure pour distribuer des fournitures scolaires et des denrées alimentaires à des milliers de familles qui vivent dans la précarité. La distribution a lieu dans des organismes communautaires de quartier au cours de la 3e semaine du mois d’août et ce, généralement dans une ambiance festive qui souligne la fin des vacances et le début des classes. Pour en bénéficier, les familles doivent toutefois obligatoirement s’être inscrites entre mai et juillet, selon les quartiers.

La hausse des prix ne touche pas seulement les familles, elle touche également les organismes qui leur viennent en aide.

Cette année, l’Opération Sac à dos a dû revoir ses objectifs à la baisse comme nous l’explique Audrey Renaud, directrice générale du Regroupement partage.

« Au cours des deux dernières années, les fonds d’urgence liés à la COVID nous ont permis d’augmenter le nombre de personnes rejointes. En 2020 et 2021, nous avons remis des sacs à dos à près de 7 000 enfants chaque année et des denrées alimentaires à plus de 4 000 familles. Comme ces fonds ne sont plus disponibles et qu’en plus nous faisons face à une augmentation des coûts, nous avons dû revoir nos objectifs à la baisse. Cette année, 5 000 enfants seront rejoints, un retour aux chiffres d’avant la pandémie. Malheureusement il ne s’agit que de 5 % des enfants vivant en situation de pauvreté à Montréal. »

Audrey Renaud, directrice générale du Regroupement partage

Du soutien pour la rentrée scolaire?

Découvrez les ressources sociocommunautaires du Grand Montréal sur le site du 211, un organisme soutenu par Centraide du Grand Montréal.

Fournitures scolaires

Aide alimentaire

Consultation budgétaire dans une ACEF