L'impact du Fonds d'urgence COVID-19

En mars 2020, Centraide a créé le Fonds d'urgence COVID-19 pour aider les organismes communautaires à mettre en place des mesures exceptionnelles pour venir en aide à la population isolée et vulnérable que la crise sanitaire affectait durement.

On devait s'assurer que les gens mangent et qu’ils soient en sécurité physique et psychologique.

 

> Quand solidarité, expertise et agilité se rencontrent

 

SOLIDARITÉ

Les donateurs ont rapidement et généreusement répondu à notre appel.

EXPERTISE

Les organismes ont su, en un tour de main, évaluer les besoins de leur communauté et déposer des demandes de financement.

AGILITÉ

Centraide a mis en place un processus allégé pour évaluer les demandes et transférer l'argent aux organismes dans un court délai.

 

> L'impact

Dès les premières semaines du confinement, les personnes vulnérables ont pu recevoir l'aide nécessaire.

Les 7,2 M$ investis ont permis aux organismes d'assurer un soutien en continu.

 


 

En quelques chiffres

 

Bien que les données qui suivent ne sont pas exhaustives, elles donnent une idée de l’ampleur de ce que les organismes ont accompli en quelques semaines. Il faut comprendre qu'en contexte de crise tous les organismes n'ont pas été en mesure de consigner de façon précise l'ensemble de leurs interventions.

 


 

En quelques mots

 

« L’objectif initial était de produire 800 000 portions sur une période de deux mois. Mais compte tenu des besoins, nous avons continué de produire. Nous en sommes maintenant à 1,8 million de portions et comptons atteindre les 2 millions. »

 

« Nous avons dû être créatifs afin de continuer à écouter, à soutenir et à accompagner les gens. Nous avons pu acheter du matériel informatique, ainsi qu'une licence Zoom afin de permettre aux intervenants de faire du télétravail et ainsi de maintenir le lien avec les familles. »

 

« Les personnes en situation d'itinérance qui ne voulaient pas quitter le quartier pour un refuge au centre-ville ont pu avoir accès à de la nourriture et à des sacs de couchage. Nous leur avons aussi distribué des produits d'hygiène et du matériel de protection. Nous avons continué d'offrir du soutien, de l’écoute et des références sur les autres services offerts. »

 

« Les demandes de popote roulante et de repas congelés ont augmenté. Nous avons développé un service d'appels d'amitié en différentes langues associé à un service d'accompagnement psychosocial. Nous avons ouvert un service de dépannage alimentaire avec livraison et un service gratuit de livraison d'épicerie. »

 

« L'aide alimentaire d'urgence que nous avons fournie pendant cette période a permis aux familles en situation précaire de maintenir l'accès à une alimentation saine. Ainsi, plusieurs d'entre elles ont pu se rendre compte qu'elles n'étaient pas totalement isolées et sans ressource. »

 

« Nous avons maintenu nos services d'hébergement malgré la COVID-19 (capacité d'accueil : 26 femmes). Nous avons cependant prolongé les durées de séjour des résidentes et continué, malgré cela, de faciliter les nouvelles admissions. »

« Nous avons organisé des événements virtuels dès la 2e semaine du confinement et depuis ce jour, nous faisons deux rencontres virtuelles par semaine avec tous les membres qui ont accès à un ordinateur et à Internet. Nous rejoignons en moyenne de 30 à 40 personnes par rencontre. »

 

« Les personnes à faible revenu ont eu accès à un service gratuit pour produire leur déclaration de revenu. Elles ont ainsi pu conserver leur aide financière ou accéder à de nouveaux crédits d’impôt. Certaines personnes ciblées ont pu remplir un formulaire pour le programme d'aide financière aux locataires. »