Tournée de quartier – Lachine

Tournée de quartier
4 octobre, 2021 •  Par Centraide

Un peu d’histoire

Fondée en 1667, Lachine est l’une des trois premières paroisses de l’île de Montréal. Sa localisation en amont des rapides de Lachine en a fait un lieu clé pour la traite des fourrures. La présence des peuples autochtones sur le territoire remonte à 2 000 ans.

D’abord appelé Saint-Sulpice, Lachine était à l’origine une seigneurie octroyée à René Robert Cavelier de La Salle. Celui-ci décida de se lancer à la découverte de la route de la Chine. L’expédition ayant été infructueuse, Saint-Sulpice fut surnommée, avec humour, « Lachine ». Ce nom devient officiel en 1676 lors de la création de la paroisse des Saints-Anges de Lachine[1].

[1] Source : Ville de Montréal

Le territoire et sa population

Intégré à la ville de Montréal dans le cadre des fusions municipales de 2002, l’arrondissement de Lachine s’étend le long du lac Saint-Louis à l’ouest du centre-ville de Montréal. Le territoire est ceinturé par le canal de Lachine et le lac Saint-Louis au sud, l’arrondissement de Saint-Laurent et Côte-Saint-Luc au nord, la municipalité de Dorval à l’ouest, et Montréal-Ouest et LaSalle à l’est. Il est par ailleurs scindé en deux par l’autoroute 20. La partie nord est essentiellement constituée d’un parc industriel, tandis que la partie sud est principalement résidentielle. La présence d’axes de transport routier et ferroviaire crée des ruptures importantes dans le tissu urbain et des enclaves dans certains secteurs du quartier, notamment dans Duff Court et Saint-Pierre.

Avec près de 45 000 résidents, Lachine est un arrondissement de taille moyenne qui se caractérise sur le plan démographique par une présence significative de familles avec enfants et un léger vieillissement de la population, à l’image de la situation observable à l’échelle de l’île de Montréal. L’immigration y est récente, mais on constate sa croissance rapide, bien que la proportion de personnes immigrantes demeure en deçà de la moyenne montréalaise (23 %, comparativement à 34 %).


Selon les acteurs du milieu, plusieurs centaines de migrants demandeurs d’asile sont venus s’établir dans le quartier au cours des dernières années.


Un quartier, trois réalités

Les conditions de vie et la diversité

Si, pour l’ensemble de Lachine, les indicateurs de défavorisation s’approchent des moyennes de l’île de Montréal (faible revenu et proportion de personnes vivant seules, par exemple), certaines réalités, comme la monoparentalité et la sous-scolarisation de la population adulte, y sont plus marquées. La pauvreté est particulièrement importante dans les secteurs de Duff Court et de Saint-Pierre.

La proportion de personnes immigrantes à Lachine est inférieure à la moyenne montréalaise. On constate que leur présence est plus marquée dans les secteurs de Duff Court (32 %) et de Saint-Pierre (27 %).

La présence de personnes issues de minorités visibles est également plus importante dans ces secteurs (Duff Court : 47 % et Saint-Pierre : 36 %). La communauté noire représente le groupe de minorités visibles le plus important à Lachine (11 %). À Duff Court et à Saint-Pierre, ces proportions atteignent respectivement 28 % et 15 % (Montréal : 10 %).

Les investissements de Centraide dans le quartier

La croissance de l’immigration amène les organismes et la Table de quartier à développer des stratégies de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale adaptées aux changements démographiques et aux défis particuliers vécus par les nouveaux arrivants. Afin d’assurer une participation inclusive, Centraide du Grand Montréal soutient les organismes dans le renforcement de leurs capacités, de même que dans le développement d’une approche et de pratiques interculturelles. Une attention particulière est portée aux organismes afin qu’ils reflètent, dans tous leurs aspects, la composition ethnoculturelle du quartier.

L’amélioration des milieux de vie dans les zones vulnérables demeure un enjeu prioritaire pour les acteurs de Lachine. En lien avec le plan de quartier 2017-2022, Centraide appuie les ressources existantes et les projets qui favorisent la mise en commun des efforts visant à joindre les populations vulnérables vivant dans les secteurs de Duff Court, de Lachine-Est et de Saint-Pierre. Centraide du Grand Montréal poursuit également le dialogue avec les acteurs du milieu afin de mieux comprendre et de mieux répondre aux besoins des personnes vivant dans les îlots de pauvreté Louis-Paré et Ivan-Franko.

203 912$

pour soutenir
la réussite des jeunes

252 100$

pour assurer
l’essentiel

84 179$

pour briser
l’isolement social

220 298$

pour bâtir des milieux
de vie rassembleurs

*Données 2018-2019

Un exemple d’initiatives dans le quartier

Au-delà de la qualité de leurs actions qui misent sur des solutions durables, tous les organismes appuyés par Centraide du Grand Montréal sont des chefs de file dans leur milieu qui agissent comme des leviers.

Les organismes soutenus par Centraide

Centraide du Grand Montréal soutient 7 organismes dans le quartier Lachine.

Vidéo d’un organisme

Découvrez le Centre Multi-Ressources de Lachine (CMRL)