Une nouvelle rentrée scolaire sous le signe de la pandémie

Réussite des jeunes
COVID-19
17 août 2021 •  Par Centraide
rentrée scolaire - pandémie

Les rapports de Réseau Réussite Montréal, proche collaborateur de Centraide du Grand Montréal, le démontrent parfaitement, les effets de la pandémie ont eu des impacts négatifs et importants sur la motivation et l’engagement des jeunes face à leurs parcours.

Les organismes communautaires soutenus par Centraide du Grand Montréal s’organisent en conséquence. Plusieurs mesures de soutien ont en effet été mises de l’avant afin de rattraper le retard, la désorganisation et la démotivation qui se sont insidieusement installés ces deux dernières années.

Pour cela, Centraide a investi en 2020-2021 plus de 15,7 M$ auprès de 160 organismes pour soutenir la réussite des jeunes. Par ailleurs, le Projet jeunesse nous a permis d’injecter 1,5 M$ supplémentaires auprès de 56 organismes au plus fort de la crise. De nouveaux investissements ont également été ciblés au printemps dernier afin de soutenir les efforts à travers des projets d’agents école-famille-communauté, notamment à Anjou et Montréal-Nord.

L’importance des agents école-famille-communauté (É-F-C)

Dans son guide d’élaboration d’un plan d’action É-F-C, le Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ) soulève un point essentiel :

« [—] l’école n’est pas culturellement neutre. Elle reproduit les valeurs et les modes de pensée privilégiés par les classes sociales dominantes. Il existe donc un décalage entre les pratiques de l’école et celles des familles venant de milieux défavorisés (langage, attitudes corporelles, rapport au temps), ce qui conduit souvent à l’exclusion sociale de ces familles. En effet, les conditions économiques précaires et le manque de ressources scolaires sont peu compatibles avec les exigences de l’école. De plus, les élèves de milieux défavorisés tendent à reproduire la culture familiale, ce qui contribue à perpétuer l’écart entre cette culture et la culture de l’établissement scolaire. Les élèves venant de milieux défavorisés sont donc plus susceptibles de vivre des problèmes d’adaptation scolaire, ce qui peut nuire à leur persévérance et à leur réussite à l’école. »

Ce constat étant fait, nous ne pouvons que souligner l’importance du rôle des agents école-famille-communauté qui construisent des ponts entre certaines familles et le milieu scolaire. Les jeunes vivant des difficultés peuvent ainsi avoir accès aux ressources nécessaires.

Un projet qui fait des petits

Au cours des dernières années, le projet École-Famille-Communauté s’est implanté dans plusieurs quartiers montréalais. Les résultats ont été si concluants qu’ils ont mené à l’expansion du projet à l’ensemble des écoles de l’est de Montréal. Deux organismes communautaires sont les principaux porteurs du projet : Accueil aux immigrants de l’Est de Montréal et le YMCA du Québec.

À Anjou, afin de faciliter encore plus le rapprochement avec les familles plus vulnérables et de bonifier l’intervention, le Centre Humanitaire d’Organisation de Ressources et de Références (CHORRA) a créé un poste d’agent au soutien scolaire.

Cette personne a pour mission de faire le lien entre les établissements scolaires primaires et secondaires avec les familles issues de l’immigration. L’objectif est d’encourager la réussite scolaire de ces jeunes, mais aussi de faciliter leur intégration au sein de leur nouveau milieu particulièrement difficile en période de pandémie.

Coup de pouce jeunesse

À Montréal-Nord c’est Coup de pouce jeunesse qui met en place ce système. Le soutien de Centraide permet d’ajouter une nouvelle ressource au sein de l’organisme : un premier agent famille-école-communauté. Pour les deux écoles secondaires de Montréal-Nord, Calixa-Lavallée et Henri-Bourassa.

Cet agent offre un accompagnement personnalisé aux familles vivant des difficultés en mobilisant les parents dans la vie scolaire de leur enfant. Il réfère les familles aux ressources du quartier selon les besoins et les accompagne dans la compréhension du système scolaire québécois.

En 2020, le programme de Pairs aidants à l’école Calixa-Lavallée a reçu le prix Solidaires de Centraide dans la catégorie Relève.

Parallèlement à cela, l’organisme offre une variété d’activités et de projets, dont voici quelques exemples :

  • Avec Pairs-aidants, des élèves de 2e, 3e, 4e et 5e secondaire apportent leur soutien aux élèves de 1ère secondaire et aux jeunes des classes d’adaptation scolaire ou des classes d’accueil, dans le but de favoriser leur intégration scolaire et sociale.
  • Sous la supervision d’une intervenante, le Club réussite réunit les jeunes bénévoles de Coup de pouce jeunesse et des enfants du primaire afin d’aider ces derniers lors de leurs moments d’études et de les accompagner lors de divers ateliers de loisirs.
  • Entr’Âge propose des activités intergénérationnelles entre les adolescents et les aînés.
  • Avec le soutien d’une intervenante, des adolescents bénévoles animent des activités ludiques et sportives pour les jeunes résidents des Habitations Place Normandie dans le cadre du projet Place à l’entraide.