Vincent de Villiers

Avril 2009

Vincent de Villiers est un exemple de résilience. Abandonné par ses parents, il passe son enfance et son adolescence dans une institution psychiatrique.

Dès 1960, monsieur de Villiers est aux côtés de l’abbé Roger Roy lors de la fondation des Compagnons de Montréal, destiné à cette époque à aider les personnes qui sortaient des institutions. En 1980, Vincent de Villiers est élu président du conseil d’administration des Compagnons de Montréal. Quatre ans plus tard, il devient directeur général de l’organisme. Les services se multiplient au cours des années 80 et 90 : alphabétisation, acquisition d’une résidence de dépannage à court terme, mise en place d’un comptoir alimentaire. En 1995, Vincent de Villiers, dans le but d’adapter l’organisme à la réalité du vieillissement des orphelins, propose de redéfinir son mandat. Les services sont maintenant orientés vers les adultes vivant avec une déficience intellectuelle. Les développements continuent : le projet « Répit » permet aux responsables de personnes handicapées intellectuelles de bénéficier de répit, un centre d’activités ouvre ses portes, on achète une maison qu’on transforme en résidence pour des usagers de l’organisme, et on déménage l’organisme dans des locaux plus vastes.

Comme personne, Vincent de Villiers sait encourager chaleureusement chaque usager de l’organisme et l’accepter tel qu’il est. Comme directeur des Compagnons de Montréal, il reste toujours à l’affût d’opportunités pour offrir le meilleur à la communauté.

Centraide appuie les Compagnons de Montréal depuis 1980.
Vincent de Villiers est lauréat du prix Gilles-Cousineau 2009.

Changez des vies pour la vie

+ Donnez maintenant
+ Impliquez-vous