Plan d'action gouvernemental

 

Centraide du Grand Montréal rappelle les défis montréalais pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion dans le cadre de la sortie du Plan d’action gouvernemental pour l'inclusion économique et la participation sociale

 

Centraide du Grand Montréal a lu avec attention le Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale 2017-2023. Ce plan comporte plusieurs éléments intéressants, notamment :

  • La reconnaissance du réseau communautaire comme acteur clé de la lutte contre la pauvreté et la bonification du financement des organismes communautaires;
  • La proposition d’un plan d’évaluation des actions menées avec des cibles et des indicateurs précis afin de mesurer les résultats obtenus;
  • L’augmentation progressive du revenu de base pour les personnes ayant une contrainte sévère reconnue à l’emploi.

 

Sur les quelque 800 000 personnes à faible revenu au Québec, rappelons que plus de la moitié vit dans la région montréalaise. En janvier 2016, dans le cadre de la consultation publique sur le Plan, Centraide du Grand Montréal a déposé un mémoire qui évoque ses préoccupations quant à la situation vécue par ces personnes.

Il est à souligner que de nombreux enjeux se posent avec plus d’acuité à Montréal, notamment en ce qui concerne la pauvreté des travailleurs, la situation de plusieurs nouveaux arrivants et la question du logement.

 

Travailleurs pauvres 

Quelque 125 000 travailleurs pauvres habitent dans le Grand Montréal, un phénomène en croissance au cours des dernières années. Plus de la moitié (55 %) d’entre eux ont des enfants. Les chefs de familles monoparentales de moins de 30 ans, en majorité des femmes, sont particulièrement touchés par cette situation. Plusieurs personnes n’arrivent pas à boucler les fins de mois, et ce, même si elles travaillent. Ce constat nous amène à proposer une réflexion plus globale sur les travailleurs pauvres qui devrait impliquer des acteurs clés et la société civile.

 

Nouveaux arrivants 

Historiquement, Montréal est une terre d’accueil pour les immigrants au Québec. Près de neuf nouveaux arrivants sur dix s’y installent. Au sein de la population immigrante, les personnes établies

depuis moins de cinq ans sont particulièrement touchées par la pauvreté. La moitié des immigrants récents (58 %) qui résident sur l’île de Montréal sont ainsi confrontés à cette réalité. L’enjeu de l’intégration des immigrants et leur pleine participation à la société d’accueil s’imposent comme prioritaires dans la cadre d’une stratégie de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale à Montréal. Des mesures pour soutenir l’intégration des nouveaux arrivants apparaissent essentielles, que ce soit en matière de persévérance scolaire, d’insertion en emploi ou de participation sociale.

 

Logement 

À Montréal, se loger est un défi pour plusieurs : 40 % des ménages locataires y consacrent une trop large part de leur revenu (30 % et plus), ce qui peut affecter leur sécurité alimentaire. Centraide note la volonté du gouvernement de répondre à cet enjeu, notamment avec la bonification des programmes en habitation et le soutien additionnel accordé pour la construction de nouveaux logements abordables. On peut toutefois se demander si les mesures annoncées seront suffisantes pour combler les nombreux besoins des ménages du Grand Montréal.

La lutte contre la pauvreté est l’affaire de tous. Centraide du Grand Montréal continue d’être un acteur  important en la matière grâce à la générosité de ses dizaines de milliers de donateurs. La responsabilité du Gouvernement du Québec est d’assurer la cohérence de l’ensemble de ses actions et de mesurer l’impact de ses politiques quant à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

 

Liens connexes

Mémoire de Centraide du Grand Montréal en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

Résumé de l’étude sur les travailleurs pauvres

Changez des vies pour la vie

+ Donnez maintenant
+ Impliquez-vous